Comme on l’a vu ci-dessus, chaque section a une dénomination correspondant à un lieu-dit qui s’y trouve. Ici, il s’agit du Moenchsberg que nous retrouverons sur la 5e feuille de cette section.

 

  1. Kleinfeld ou Petits Champs

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : L’emprise de la gare et de l’Avenue du Maréchal Leclerc, du Pont d’Altkirch jusqu’à celui de Riedisheim.

 

Ce nom de lieu-dit est très répandu et G. Stoffel note sa présence dans 51 villes ou villages(1).

Cette dénomination signifie que les parcelles situées dans ce lieu-dit étaient étroites.

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 296 et 297.

 

 

  1. Im Kleinfeld ou dans les Petits Champs

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Bruebach - Rue de Verdun - Rue du Réservoir – Boulevard Alfred Wallach.

Dénomination voisine de celle du lieu-dit précédent.

 

 

  1. Grümblen Terme intraduisible

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue du Réservoir - Rue de Verdun - Rue de la Montagne - Boulevard Alfred Wallach

Grümble Weg : Rue de Verdun

Grumble Weg : Rue du Jura

 

Nom de lieu-dit, spécifiquement mulhousien, dont il est difficile de trouver une explication.

E. Meininger donne trois orthographes différentes : Grimple, Grümplen, Krümplen, et ajoute que ces noms viennent de Krumbling qui veut dire : un arpent formant une courbe(1). Or, en consultant le plan cadastral de 1828, on constate que les limites des parcelles sont droites, il n’y a que trois limites qui amorcent une légère courbe. G. Stoffel(2) mentionne également diverses orthographes recopiées ci-dessous :

Die Grümble, in der Grumplen (1444 H. Petri Mühl. Ge. 121), in der Krümpel 1534 (reg. Terr. Etc. M.), in der Grümplen 1538 (Corpus, Urb. etc. M.), uff der Krümpel et jnn der Krüm pel 1548, (Urb. Hôp. Mulh.), in der Krümpell 1562 (reg. Préb. M.), in der Grümplen 1579 (ibid)

Grümpel est cité dans une vente de deux journaux de vignes en 1507(3). A ces exemples, on voit que les anciens scribes confondaient souvent le G et le K.

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit. p. 34 et 48.

(2) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 210.

(3) Le Vieux-Mulhouse, tome 1, 1895, p.224.

 

 

  1. Bey der Wintzerhütte ou Près de la Hutte des Gardes-Vignes

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Bruebach - Rue du Freundstein - Chemin des Cadets - Rue du Jura - Rue de Verdun

 

Lorsque le quartier du Rebberg était encore planté de vignes, la corporation des Vignerons désignait chaque année, quelques semaines avant les vendanges, six bourgeois qui devaient surveiller le vignoble. Pendant la durée de leur fonction, qui était de six semaines, ils étaient tenus de loger et de vivre dans la hutte des vignerons(1).

 

(1) MOEDER Marcel, Les Institutions de Mulhouse au Moyen Age, Strasbourg, 1951, p. 251.

 

  1. Grumpfad ou Sentier Tordu

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue du Jura - Chemin des Cadets - Rue de l’Argonne - Rue de la Montagne - Rue de Verdun.

 

Ce lieu-dit est situé au sud de celui appelé Grümblen, la rue de Verdun les sépare l’un de l’autre.

Pour ce lieu-dit le préfixe Grum = tordu semble convenir si on prend en considération les nombreux changements de direction que prennent les chemins de desserte des anciennes pièces de vignes, chemins dont il ne reste que celui des Cadets.

 

 

  1. Auf der Berggasse ou Au bord la rue de la Montagne

Section E 1e feuille 1828

 

Cette dénomination a été donnée aux propriétés riveraines de la Rue de la Montagne, sises du côté pair entre la Rue de Verdun et la Rue du Sillon.

 

Autres sources: ùber die berggassen1430 (Urb. Ste Claire Mulh);

ann der Berggassenn 1538 (reg. Préb. Mulh.)(1)

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p .38.

 

 

 

 

  1. Unter Neuweg ou Au bas du Chemin Neuf devenu Rue de l’Argonne

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Bruebach - Rue de l’Argonne - Chemin des Cadets - Rue du Freundstein.

 

Cette dénomination nous indique qu’à un moment donné un nouveau chemin a été ouvert sans doute pour faciliter l’exploitation des propriétés riveraines qui sont en forte pente. La précision « Au bas » nous indique que le terrain est en pente descendante. Au cœur de ce lieu-dit se trouve le réservoir de la rue de l’Argonne avec son parc.

 

  1. Obere Neuweg ou Au dessus du Chemin Neuf

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Bruebach - Rue du Chant des Oiseaux - Rue de la Montagne - Rue de l’Argonne.

 

Ce lieu-dit longe le Chemin Neuf et le terme Obere nous dit que la pente du terrain est ascendante.

 

  1. Vogelsang ou Chant des Oiseaux

Section E 1e feuille 1828

 

Localisation : Rue du chant des Oiseaux - Rue de la 9e Division d’Infanterie Coloniale - Avenue de la Première Division Blindée - Rue de la Montagne.

 

Ce nom de lieu-dit est composé de Vogel = oiseau et sang qui vient de l’allemand sengen qui veut dire : faire du brûlis pour gagner des terres à la culture. Des rejets poussant sur les anciennes souches, les oiseaux envahissent cette jeune végétation et chantent beaucoup plus fort qu’ailleurs(1).

 

Autres sources : an dem fogelgsang 1411am Vogel gesang1430 (Urb. Clar. M.)

Im Vogelgsang 1556 (reg. préb. Mulh.)(2)

 

(1) Dr. BUCK, Oberdeutsches...,1932, op. cit., p. 289.

(2) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p .572.

 

  1. Spiegelfeld ou Champ du Miroir en traduisant littéralement comme cela a été fait pour la Porte du Miroir

Section E 2ème et 3e feuille 1828

 

Localisation : Rue Pierre de Coubertin - Quai d’Isly - Pont d’Altkirch - Avenue d’Altkirch jusqu’à la maison n°152

 

D’après E. Meininger(1), Spiegel serait le nom d’une famille noble vassale des évêques de Strasbourg. Le Spiegelfeld aurait donc été une propriété de cette famille. On trouve une autre explication dans l’ouvrage du Dr. Buck qui cite le nom spigil provenant de l’ancien haut allemand et désignant l’ensemble des céréales : blé, seigle, épeautre(2). Le Spigelfeld aurait donc été le champ où on a planté des céréales. D’après l’ouvrage de Georges Stoffel, il y a dans le Haut-Rhin 15 communes où on trouve un lieu-dit dans le nom duquel le terme  « Spiegel » est présent(3). A la suite de ce constat, il semble que l’explication donnée par Buck est la plus plausible.

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 73.

(2) Dr. BUCK, Oberdeutsches..., 1932, op. cit., p. 263.

(3) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p.521.

 

 

  1. Auf die Brunnstätterstrasse ou En bordure de la rue de Brunstatt

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue du Drumont - Rue Lafayette - Rue du Moenchsberg

 

Ce lieu-dit est en bordure de l’Avenue d’Altkirch qui était donc autrefois la Rue de Brunstatt.

 

  1. Flesch Terme intraduisible

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue de la Montagne - Rue La Fayette - Rue du Drumont

Dénomination spécifiquement mulhousienne que G. Stoffel ne cite pas dans son ouvrage.

D’après E. Meininger, Flesch est dérivé du verbe vletzen qui veut dire aplanir(1).

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 28.

 

  1. Im Flesch Terme intraduisible

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Rue Lafayette - Rue de la Montagne - Rue Rochambeau - Rue du Molkenrain

Pour l’explication de ce nom voir ci-dessus.

  1. Im Gäntzle ou Avec les Oies

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Rue Rochambeau - Rue de la Montagne - Rue du Col du Linge - Rue du Molkenrain

 

Cette dénomination n’est certainement pas à mettre en relation avec des oies ou des oisons. En modifiant l’orthographe de Gantz en Gands, ce qui euphoniquement est équivalent, on obtient un nom, qui en moyen haut allemand, signifie : montagne. Ainsi la dénomination Im Gäntzle voudrait dire : dans la petite montagne(1). Dans le registre des prébendes de Mulhouse, une dénomination analogue : In der Gans apparait en1561 dans le registre des prébendes de Mulhouse(2).

 

(1) Dr. BUCK, Oberdeutsches...,1932, op. cit.

(2) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 182.

 

 

 

  1. Greyel Terme intraduisible

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Rue Lafayette - Rue du Molkenrain - Rue du Ventron - Sentier du Donon - Avenue de la Ie Division Blindée - Rue du Moenchsberg - Sentier du Sudel - Rue Reichenstein - Rue du Ventron - Rue du Moenchsberg.

 

Il est difficile sinon impossible de donner un sens à ce terme en se basant sur son orthographe actuelle qui est complètement différente de celle qu’on trouve dans les anciens documents. Ainsi G. Stoffel cite : Im Greuel, im grüwel 1471 (Reg. des préb. Mulh.) ; In greüwel 1546 (Corpus urb. etc. M.) ;Im greüwel 1548 (Urb. Hôp. Mulh. ); Jm greüwell 1563 (Reg. Préb. Mulh.)(1). Cette orthographe peut être rapprochée du mot alsacien : Griewla qui est le diminutif de Grüewa, nom donné pour une fosse, une excavation ou une carrière. Tout cela pourrait donc signifier qu’en ce lieu se situaient une ou plusieurs petites carrières ou autres excavations.

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p.205.

 

 

  1. Untere Schoren

Section E 2e feuille 1828

 

Localisation : Rue du Col du Linge - Avenue de la Ière Division Blindée - Sentier du Donon

Pour l’explication voir ci-dessous au n°112, Im Schoren.

D’après E. Meininger se nom désigne un terrain travaillé à la pelle ou à la houe1.

G. Stoffel cite : jm schorennschorrenn1558 (reg. préb. Mulh.)(2)

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p.70.

(2) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p.502.

 

 

  1. Ob dem Galgengraben ou Au-dessus du fossé du gibet

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : le long de l’Avenue d’Altkirch entre les maisons n° 152 et 192.

Citations anciennes : die alte Ille stosst uff den Galgengraben, zücht Hirtzbachsmatte daruff 1509 (reg. St.- Etienne Mulh. )(1)

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 182.

 

 

  1. Im Tieffen Graben ou Dans le fossé profond

Section E 3ème feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue des Carrières - Rue de la Patrouille - Rue du Damberg – Limite avec la Commune de Brunstatt.

 

Cette dénomination répond bien à l’état des lieux.

 

  1. Tieffen Graben ou fossé profond

Section E 3e feuille et 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue de la Patrouille - Rue du Poitou - Rue Paul Winter - Rue Ambroise Paré - Rue des Vallons.

D’après E. Meininger, ce nom provient des anciennes carrières de pierres qu’on y exploitait jadis(1).

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 81.

 

 

  1. Im Viehweg ou Chemin du Bétail

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Propriétés le long de la rue des Carrières, entre la rue de la Patrouille et la rue du Poitou

 

Dans une première approche, on pense que les troupeaux allant à la pâture passaient par ce chemin. Mais il n’en est rien, car le préfixe Vieh cache une origine romaine. Le mot latin via, (route, chemin) vient de vehi qui signifie aller, voyager. Le mot Vieh serait donc une altération de ce dernier terme latin(1). On ignore où cette ancienne voie, peut-être romaine, a pu conduire, car avec le regroupement des terres de l’ancien domaine du Moenchsberg, sa trace a complètement disparu.

 

MONE F.J., «Römische Ueberbleibsel», Zeitschrift für Geschichte am Ober Rhein, 1862, Tome 14.

 

 

  1. Galgenberg ou Colline du Gibet

 

Localisation : Comme indiqué ci-dessus dans le texte.

 

Ce lieu-dit se trouve à l’intérieur du domaine du Hasenrain à l’angle de l’Avenue d’Altkirch et de la Rue des Carrières. En consultant le plan établi par Zetter en 1716, on voit qu’un gibet est implanté en ce lieu. En face de celui-ci, on trouve le gibet de Brunstatt. Il y avait donc deux gibets au début de la Rue des Carrières et non loin de l’Avenue d’Altkirch. Ceci montre qu’en ce lieu, il y avait beaucoup de passage.

Autres sources : am Galgenberg 1551 (reg. préb. Mulh.) ; zuem hochgericht XVIIe siècle (1)

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 181.

 

 

  1. Hasenrain ou Le talus ou versant aux lièvres

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue Reichenstein - Sentier de la Crête - Rue des Carrières

 

Cette dénomination rappelle que le gibier, en particulier les lièvres, abondait dans cette partie du vignoble.

 

 

  1. Hahnenwadel ou La Queue du coq

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Limite arrière de l’hôpital du Hasenrain - Sentier du Chanteclair - Sentier du Bois.

 

On ne sait pas expliquer cette dénomination. On pourrait penser que le parcellaire a une certaine forme, mais il n’a rien de particulier.

Georges Stoffel, (op. cit., p. 222) cite ce lieu-dit avec une orthographe différente : Hanenwadel.

 

 

  1. Grunewald ou La Forêt verte

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Sentier du Bois-Chemin du Klettenberg - Prolongement de la rue Reichenstein - Rue de Champagne - Rue des Carrières.

 

On peut se poser la question si, autrefois, il y avait une forêt sur ce versant du Rebberg ?

 

Autres sources: Im Grünenwald 1682 dans l’urbaire des Bonnes gens(1).

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 211.

 

 

  1. Auf die Aussere Grastigasse ou Donnant sur la rue Grasti extérieure

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Sentier de la Crête - Rue Reichenstein - Chemin du Klettenberg - Sentier du Chanteclair.

 

Pour le mot Grasti, nous n’avons pas trouvé d’explication. D’après August Stöber, c’est une déformation de Grasechten, terme figurant dans un acte concernant les Franciscains de Mulhouse de 1433(1).

Ernest Meininger indique une orthographe différente Grassette Gasse ou grasehte berggasse figurant dans un document de 1337(2).

Georges Stoffel écrit grassten gasse 1552-1553 (Reg. des préb. de Mulh.) ou encore in der Mittel grastzen gassen 1624 (Corpus An der Grassetten gassen ou An der oberen, urb. etc. M. )(3)

Il semble que ceux qui ont écrit ces diverses formes du mot Grasti n’auraient eux-mêmes pas su donner une explication.

 

(1) STOEBER Auguste, « Analectes Historiques et Topographiques » in Bulletin du Musée Historique de Mulhouse, 1883, p. 88.

(2) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p.34.

(3) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 203.

 

 

  1. Zwischen der aussen und mittlere Grastigassen ou Entre la Grastigasse estérieure et la Grastigasse du milieu

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue du Bonhomme - Rue Reichenstein.

 

 

  1. Zwischen mittlere und innere Grastigasse ou entre la Grastigasse du milieu et la Grastigasse intérieure

Section E 3e feuille 1828

 

Localisation : Avenue d’Altkirch - Rue du Moenchsberg - Rue du Ventron - Rue du Bonhomme.

 

 

  1. Aussere Grastigasse ou Grastigasse extérieure

 

Localisation : Sentier du Sudel - Rue du Moenchsberg - Rue de Champagne - Rue Reichenstein.

 

Pour conclure cette énumération de Grastigassen, on peut dire que :

la aussere Grastigasse est la Rue Reichenstein ;

la mittlere Grastigasse est la Rue du Bonhomme ;

la innere Grastigasse est la Rue du Moenchsberg prolongée par la Rue de la Métairie.

 

 

  1. Niemande Thal ou Niemandsthal ou Vallée n’appartenant à personne

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue du Poitou - Chemin du Klettenberg - Rue Ambroise Paré - Rue Paul Winter.

 

Le préfixe Niemand apparait dans plusieurs communes, mais ce n’est pas pour autant qu’on en a trouvé l’explication.

 

 

  1. Glettenberg ou Montagne de la bardane

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue des Carrières - Rue de la Terrasse - Chemin du Klettenberg.

 

Dans les documents anciens, on écrivait le nom de ce lieu-dit avec en initiale la lettre G. Mais les Mulhousiens ont changé le G en K, pour avoir une Montagne de la Bardane(1). En tenant compte de l’ancienne orthographe, on trouve une autre explication. Selon certaines sources, Gletten serait une dérivation du mot Gleda qui veut dire : limon en bas latin. En effet, les terrains sis entre la rue des Carrières et le chemin du Klettenberg présentent une couche de limon en surface.

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 47.

 

 

  1. Im untere Weingässle ou Ruelle inférieure du Vin

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Champagne - Rue de la Métairie - Rue de Bourgogne - Rue des Carrières - Chemin du Chanteclair.

 

 

  1. Im mittlere Weingässle ou Ruelle moyenne du Vin

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue de Bourgogne - Rue des Vendanges - Rue des Carrières.

 

 

  1. Am Obere Viehweg ou En bordure du chemin supérieur du bétail

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue des Vendanges - Rue de la Métairie - Rue du Docteur Léon Mangeney - Rue Robert Breitwieser - Rue des Carrières.

 

 

  1. Im Schoren Terme intraduisible

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue du Col du Linge - Avenue de la Ie Division Blindée - Rue du Labour - Rue du Sillon - Rue de la Montagne - Rue Pascal - Rue de la Métairie - Avenue de la Ière Division Blindée - Sentier du Donon.

 

D’après E. Meininger, le nom Schoren viendrait de l’ancien verbe allemand schorn qui veut dire travailler à la pelle ou à la houe(1). En alsacien, le sillon que trace la charrue est un Schora. Il n’est donc pas étonnant que dans ce lieu-dit, on trouve la rue du Labour ou la rue du Sillon. En consultant l’ouvrage de M. R. Buck(2), on trouve une autre explication. Le nom Schoren ou Schorren vient de l’ancien haut allemand et désigne un terrain en pente, ce qui est effectivement le cas pour nos Schoren.

Les deux explications sont donc compatibles : un terrain en forte pente ne peut pas être labouré avec une charrue, mais doit être travaillé à la bêche ou à la houe.

On peut faire remarquer que, dans les documents cadastraux de 1828, les vignes poussant dans les Schorren sont de première classe.

L’espace que nous avons délimité ci-dessus sous Localisation est divisé par la Rue du Sillon en deux parties qui sont : Untere Schoren et Obere Schoren.

 

Autres sources : im schoren… schorrenn 1558 (reg. préb. M.)(3)

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 70

(2) Dr. BUCK, Oberdeutsches..., 1932, op. cit., p. 248

(3) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 502.

 

 

 

  1. Mittelberg ou Montagne du milieu

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : Rue Pascal - Avenue de la Ie Division Blindée - Rue de la Pépinière - Sentier du Sommet - Rue de la Métairie.

 

Ce lieu-dit est à peu près au milieu du Vignoble, si on prend la Rue de la Montagne pour ligne de partage.

 

Autres sources : auf dem Mittelberg 1554 (Corpus Urb. etc. M.) ; am Mittelberg 1558 (reg. préb. M.)(1)

 

(1) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 359.

 

 

  1. Auf die Berggasse ou Donnant sur la rue de la Montagne

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : le long du côté pair de la Rue de la Montagne entre la Rue Pascal et la Rue Auguste Lustig.

 

 

  1. Hohe Bürge au plan, Hohe Berg à l’état de section

Hohe Berg à l’état de section

Section E 4e feuille 1828

 

Localisation : petit lieu-dit se situant autour des maisons n° 10-14 de la Rue de la Pépinière.

 

Ernest Meininger écrit que le nom Bürge serait une altération de Birken, nom allemand des bouleaux(1).

 

Autres sources: by der hohen bürgen 1682 (acte concernant la Maison des Bonnes Gens(2).

 

(1) MEININGER, Manuel pour l’interprétation…, 1921, op. cit., p. 39

(2) STOFFEL, Dictionnaire topographique…, 1876, op. cit., p. 252.

 

 

  1. Moenchsberg ou Montagne des Moines

Section E 4e et 5e feuille 1828

 

Localisation : Rue Ambroise Paré - Rue de la Terrasse - Rue des Carrières - Rue Robert Breitwieser - Rue du Docteur Léon Mangeney - Rue de la Métairie - Rue du Belvédère - Sentier du Sommet - Rue de la Pépinière - Avenue du Docteur René

Laënnec - Limite avec la commune de Brunstatt.

 

Pour faire un commentaire au sujet de la dénomination de ce lieu-dit, il suffit d’ouvrir l’ouvrage de L.-G. Werner, Topographie historique du Vieux-Mulhouse, à la page 155. Là, nous trouvons tout ce qui peut nous intéresser. Le nom est à mettre en relation avec l’ancienne famille des Munchenstein qui possédait ce domaine. A partir de 1682, la Ville de Mulhouse en est le propriétaire, elle donne les champs et les vignes en exploitation à des bourgeois. En 1798, le domaine fut vendu comme bien communal. Lors de l’établissement du Cadastre de Mulhouse en 1827, Isaac Koechlin est le propriétaire du Domaine du Moenchsberg, qui a une surface de 2840,70 ares.

Joomla templates by a4joomla