La Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse est heureuse de vous inviter
à l'Hôtel de ville de Mulhouse, salle de la Décapole à 18h30.

 

Jeudi 19 octobre 2017 à 18h30, Hôtel de ville de Mulhouse, salle de la Décapole :

Les pauvres en ville

par M. Olivier Richard, professeur d’histoire médiévale à l’UNISTRA

Un des termes les plus utilisés au Moyen Âge est celui de pauvre, que ce soit dans les chroniques, les actes officiels, les comptes, les testaments, les archives hospitalières, etc. Ce vocable évoque un problème de société (les parias ou les victimes de guerres, épidémies, cataclysmes naturels, etc.), une question économique (la charité, l’assistance) ou encore institutionnelle (hôpitaux, législation du travail, lutte contre les oisifs etc.). Mais la pauvreté peut aussi être choisie pour suivre le Christ (les moines, les bégards / béguines etc.). Cette pauvreté volontaire, summum d’une vie chrétienne pendant les premiers siècles du Moyen Âge, a connu par la suite bien des adaptations liées à l’évolution des modes de vie. Qu’en est-il de la pauvreté dans ces villes qui émergent dans un monde majoritairement rural ?


Jeudi 18 janvier 2018 à 18h30 à 18h30, Hôtel de ville de Mulhouse, salle de la Décapole :

Pauvretés et philanthropie à Mulhouse au XIXe siècle : un bilan critique

par Mme Marie-Claire VITOUX, maître de conférences honoraire, Histoire contemporaine, CRESAT

La « révolution industrielle » qui se déploie pleinement dans le XIXe siècle libéral, est aussi une révolution sociale : les écarts de fortune s’accroissent, la prolétarisation des paysans et des artisans provoque une pauvreté massive et structurelle pour laquelle les contemporains doivent inventer le nouveau mot de paupérisme. Devant le danger social, politique et aussi sanitaire que représente une masse de pauvres vivant aux bords du gouffre de l’indigence et de la misère, les élites sociales mulhousiennes développent une philanthropie active originale qui, encore de nos jours, est une composante importante de la fierté mulhousienne. La  conférence s’efforcera d’analyser les ressorts de cette pratique philanthropique pour en comprendre la longévité. Elle tentera par ailleurs de faire entendre la voix des pauvres, au-delà des discours portés par les élites sociales sur eux.


Jeudi 22 mars 2018 à 18h30, Hôtel de ville de Mulhouse, salle de la Décapole

Représenter la pauvreté

par M. Didier Taverne, Directeur des études (Socio-économie) à l’Agence d’urbanisme de la région mulhousienne

À l’heure où la pauvreté s’invite dans le débat public avec une France d’en haut et une France d’en bas, où les économistes mettent en avant les effets contreproductifs des inégalités et d’une trop forte pauvreté, il est toujours aussi difficile de représenter la pauvreté. Non seulement parce que les pauvres sont souvent invisibles dans l’espace public, mais parce qu’on se heurte à deux types de difficultés. D’une part, il est difficile de définir la pauvreté ; d’autre part, au-delà des questions de volumes se posent des questions de densité et d’intensité de pauvreté.

Notre communication s’appuiera sur des représentations cartographiques des pauvretés dans le Haut Rhin.


 Jeudi 12 avril 2018 à 18h30, Hôtel de ville de Mulhouse, salle de la Décapole

Etre pauvre à Mulhouse au XXIe siècle. Quelles conditions pour une solidarité repensée ?

Conférence à plusieurs voix, animée par Odile Fournier, sociologue et bénévole Fondation Abbé Pierre, au nom du collectif des Associations Unies du Haut-Rhin.

Nous vivons un paradoxe : la France est un pays riche et pourtant la pauvreté gagne du terrain et les inégalités de revenus s’accroissent. Les différentes formes de pauvreté restent un phénomène complexe et difficile à appréhender. De plus, aujourd’hui, beaucoup d’idées reçues rendent les personnes pauvres responsables de leur pauvreté et remettent en cause des formes d’aide : la protection sociale, qui joue un rôle central de stabilisateur et de régulateur, est actuellement fortement  interrogée. 

Pourtant, la solidarité se fonde sur l’idée d’interdépendance de tous les hommes dans une société : c’est l’engagement juridique de la société envers les plus faibles.

Dès lors plusieurs enjeux sont posés : mieux connaître les formes de pauvreté en région mulhousienne, évaluer les réponses mises en œuvre, et poser les conditions politiques d’une solidarité repensée. 

Joomla templates by a4joomla